« Sur les chemins de la charité » – Etienne Grieu, sj

C’est un frère,

C’est une sœur…

Du point de vue chrétien, la solidarité consiste à accueillir notre prochain comme Dieu nous accueille dans une Alliance, sans jamais nous lâcher.

Pourquoi l’Eglise tient-elle à la charité ? C’est à cause du chemin qu’a pris Dieu pour nous parler : il est entré en Alliance avec l’humanité. C’est de ce lien dont l’Eglise vit, et elle le rend sensible dans le monde.

Qu’a-t-elle de spécial, cette relation d’Alliance ? C’est un engagement, par contraste avec une relation où l’on ne se risque pas vraiment. Il est sans condition préalable, sans calcul, sans souci de « réussite ». Son seul « pourquoi ? » est: « parce que c’est toi ». C’est une relation qui appelle à répondre : c’est pourquoi elle fait naître, grandir, rend libre. Elle est prête au pardon: elle ne s’arrête jamais aux non réponses. Ajoutons que le lien de l’Alliance ne boucle pas sur lui-même mais au contraire, dispose toujours à accueillir de nouveaux venus. Enfin, l’Alliance s’intéresse au premier chef à celui qui est menacé de disparaître parce qu’il ne compte pas aux yeux des autres. La vie de Jésus donne à ce type de liens une force stupéfiante ; sa mort sur la croix dit à quel point notre Dieu y tient et le propose jusqu’au bout.

Voilà notre référence majeure pour envisager la solidarité. Le ressort des engagements des chrétiens, ce n’est donc pas d’abord de résoudre des problèmes (bien que cela puisse l’être aussi, mais alors comme un surcroît, un cadeau que l’on reçoit). Le pourquoi de leur engagement, c’est le frère ou la sœur que l’on risque de perdre et à qui l`on dit, d’une manière ou d`une autre: nous tenons à toi, « je ne te lâcherai pas », comme on lit dans le Cantique. Et cela, parce que nous avons conscience d’être aimés ainsi par Dieu.

Cela suppose que les communautés chrétiennes se laissent travailler par le don de Dieu, au point que toutes leurs relations en soient façonnées. Nous savons bien que nous ne sommes jamais arrivés. Mais, sur ce chemin, les plus fragiles sont pour nous des guides sûrs. Car ils reconnaissent tout de suite ce qui a la saveur de l’Alliance, ces liens non calculés, tout simples.

Tout cela peut bien sûr engendrer des tensions ou conflits car les frères et sœurs en souffrance sont rarement confortables. Mais la durée montre qu’on gagne énormément à faire le chemin avec eux, car notre Dieu passe par là.

Cet article, publié dans Actualité, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s