Le monde associatif

Présentation des partenaires du CCSC

Vous êtes au chômage ou en précarité ; vous voulez investir de votre temps et de votre savoir faire dans une association qui regroupe chômeurs et non-chômeurs.

♦   Si vous souhaitez que les Eglises prennent davantage en compte qu’elles ne le font les personnes qui subissent chômage et précarité, le CCSC peut vous convenir – vous êtes sur ce blog et vous contactez l’association par l’adresse ccsc.vlc@gmail.com

  Si vous êtes au chômage et que vous souhaitez des renseignements divers, le site de la MIRP (protestant) peut vous apporter nombres de réponses. Le CCSC est lié à la MIRP depuis le début de son existence : http://www.missionemploipourcible.com et  http://www.parcoursverslemploi.org/

 Il vous est aussi possible de rejoindre le site de la maison des chômeurs de Toulouse, avec laquelle le CCSC a une très longue histoire. : http://asso.partage-faourette.pagesperso-orange.fr/

 Le CCSC connait le sérieux de Solidarités Nouvelles face au Chômage (SNC), association engagée depuis près de 30 ans dans l’accompagnement des chômeurs, et surtout des chômeurs de longue durée ; SNC est une des trop rares associations consacrées exclusivement à cette question du chômage et embauche toujours des accompagnateurs. http://www.snc.asso.fr/

  Le Mouvement national des chômeurs et des précaires (MNCP) a été fondé en 1985 dans l’orbite du « syndicat des chômeurs » de Maurice Pagat. Il est un mouvement de chômeurs, qui cherche à représenter les chômeurs dans les instances où se décide leur sort et à les défendre. Le CCSC a toujours défendu la nécessité pour les chômeurs de s’organiser eux-mêmes. http://mncp.fr/Accueil/

♦  La revue Partage, soutenue depuis toujours par le CCSC, publie les textes principaux sur les questions du chômage et de l’emploi. On peut prendre contact avec l’adresse suivante : maisonpartage@numericable.fr

 Les jésuites du Ceras apporteront nombre de documents de réflexion sur les questions sociales, et donc sur le chômage et l’emploi, et particulièrement sur l’enseignement social de l’Eglise – ils publient la revue Projet. http://www.ceras-projet.org/

 Roosevelt est une association large, dont le but premier est d’interpeller les forces politiques et sociales et de proposer des mesures créatrices d’emplois. Cette fonction d’interpellation, le CCSC l’a toujours souhaitée et défendue. http://www.roosevelt2012.fr/

Le Pacte civique a près de deux ans d’existence et déjà il ne manque pas d’initiatives sur les questions de la société civile et de l’emploi, et pour lequel des solutions existent, fondées sur la coopération. Le CCSC est signataire de l’ensemble de ses propositions. http://www.pacte-civique.org/Accueil

 Le Secours Catholique est un service de l’Eglise de France qui veut couvrir toutes les pauvretés. Mais il a un secteur consacré à l’emploi. Il est difficile de ne pas le croiser tant ses bénévoles sont nombreux. http://www.secours-catholique.org/

 Les Semaines sociales de France (SSF) figurent parmi les institutions de notre société. La question du travail figure parmi leurs préoccupations habituelles. http://www.ssf-fr.org/ssf

♦   Le CCSC participe à deux réseaux, Alerte pour la France et l’EAPN pour l’Europe. Il a toujours souhaité et favorisé quand il en eut l’opportunité, la coordination entre les acteurs associatifs, entre ces derniers et les partenaires sociaux (cf. le livret « Vers l’emploi mais pas tout seul » http://asp-indus.secure-zone.net/v2/index.jsp?id=998/1156/1312&lng=fr)  et la fonction d’interpellation des pouvoirs publics (cf. la plateforme établie pour la dernière élection présidentielle http://www.alerte-exclusions-presidentielles2012.fr/).

  L’association VISEMPLOI http://www.visemploi.fr/, créée en 2004,  regroupe des personnes qui partagent toutes la conviction qu’un échange régulier entre un chercheur d’emploi et un accompagnant contribue fortement au retour à l’emploi. Pour rompre la solitude du chercheur d’emploi, elle a mis en place une structure d’accueil et de parrainage des demandeurs d’emploi. Elle compte une centaine de membres formés en interne à la relation d’accompagnement.


« Cohésion  Sociale, Solidarité, Territoires »

La solidarité mise à mal !…

Des signes d’espoir… Un Président attentif ?

Pour le CCSC, José Dhers a participé, avec 1 500 autres délégués, au Congrès de l’UNIOPSS qui s’est tenu à Lille du 23 au 25 janviers 2013. Il en donne un écho.

* L’UNIOPSS (Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés non lucratifs sanitaires et sociaux)  regroupe 30 000 établissements, 1 million de salariés et près d’1 million de bénévoles.

C’est donc à Lille les 23, 24, 25 janvier le thème du 31è Congrès de l’UNIOPSS, animateur du réseau ALERTE ou vous m’aviez délégué pour représenter le CCSC…

Nous étions 1500 participants, un record, il est vrai que c’est le premier congrès qui a vu le Président de la République venir le conclure.

La Région Nord-Pas-de-Calais, région chaleureuse s’il en faut, ce qui même dans la neige et le froid qui nous a accompagné, a pu être vérifié… tout d’abord par des « espaces forum »  comme celui animé par le Conseil Régional du Nord Pas-de-Calais des expériences de dialogue usagers – acteurs sociaux pour construire de nouveaux modes de participation ou encore sur la démocratie participative : « un droit, un devoir » ou comment les usagers participent aux Conseils de Vie Sociale des établissements médicaux-sociaux… Ensuite par les Tables rondes et Conférences traitant de « Demain les Solidarités »… Nous avons aussi appris par un sondage CSA-UNIOPSS-MACIF sur les français et les solidarités, que cette valeur est en perte de vitesse dans les représentations de nos concitoyens par des replis individualistes, identitaires ou encore communautaristes.

Pour contrecarrer cela, Chantal Richard, syndicaliste CFDT qui participe entre autres avec Patrick Boulte de SNC (Solidarités Nouvelles face au Chômage) et moi-même au groupe de travail  ALERTE/Partenaires Sociaux, a pu rappeler le travail commun débouchant sur la réalisation du guide « Vers l’emploi mais pas tout seul ».

http://www.uniopss.asso.fr/resources/trco/pdfs/2011/B_fevrier_2011//59845_Guide.PDF

Cette priorité de l’Emploi a bien été rappelée par Dominique Balmary, Président de l’UNIOPSS même si nous ne sommes à ALERTE que 2 réseaux avec SNC à nous préoccuper essentiellement de l’emploi, du chômage !

C’est dans une Europe ou le chômage approche les 12% et où la France se retrouve dans cette moyenne que pourtant l’un des ateliers de la première journée a attiré le plus de participants,  c’est sans doute le réalisme et le Prix Nobel reçu qui a orienté ce nombre important de participants au Congrès dans l’Atelier : Scénarios d’une Europe Sociale (ou pas) !

Nous avons été invités  dans la perspective des prochaines élections européennes et par nos actions en réseau à poursuivre ce travail de lobbying pour influer de manière citoyenne afin que les perspectives d’un nouveau traité européen puisse faire du social un pilier au moins aussi important que la seule dimension économique actuelle…   J’y vois confortée notre démarche d’association du CCSC en la personne de Philippe Dauger au Réseau EAPN qui milite pour l’Europe sociale et où il nous représente afin de faire valoir les droits des chômeurs et en favorisant le développement des politiques d’accompagnement de formation et de retour à l’emploi au niveau européen.

Enfin surprise… c’est bien François Hollande qui, en sa qualité de Président de la République, est donc pour la première fois venu conclure un congrès de l’UNIOPSS  . Voici quelques extraits de son intervention :

« C’est également à l’initiative de votre organisation qu’a émergé le concept que vous avez repris d’économie sociale et solidaire, vous contribuez donc largement à la création d’emplois.

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a créé les emplois d’avenir et beaucoup de ces emplois peuvent être justement au service de vos associations, je vous engage à les utiliser pleinement.

Nous avons ce devoir de lutter contre le chômage… nous devons faire en sorte que nos territoires puissent être irrigués par des activités qui ne sont pas nécessairement marchandes ou lucratives : c’est tout le champ de l’économie sociale.

Le premier sujet est la lutte contre la pauvreté.

J’avais pris l’engagement de proposer un plan sur plusieurs années – cinq ans – de lutte contre les exclusions. J’avais souhaité que ce plan puisse être préparé avec vous et ce fut l’objet de la conférence contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale.

La pauvreté touche aussi les plus jeunes de nos compatriotes et je propose donc qu’on en tire toutes les conclusions.

Le gouvernement, en 2013, rassemblera tous les métiers du travail social. Ces « Etats généraux du travail social », permettraient de mieux définir les modes d’intervention de ces personnels, d’améliorer leur déroulement de carrière, leurs formations, et de donner une reconnaissance à tous ces métiers.

Mais, si mon rôle de président de la République est d’abord de dire ce qu’une société attend, alors je dis à ces travailleurs sociaux la gratitude et la reconnaissance que la République leur doit.

Le second sujet que je voulais évoquer devant vous est le handicap.

Le nouvel acte de la décentralisation que nous réclamons tous, mais lorsqu‘il vient, qui nous préoccupe tous, parce que nous condamnons la confusion, l’enchevêtrement, la complexité. Nous craignons parfois, non sans raison, que l’acte suivant aggrave encore l’état de fait. Dès lors, je comprends votre inquiétude. Nous avons à clarifier, à faire que les usagers, les citoyens, puissent connaître la collectivité qui sera chef de file par rapport à une politique.

Je veux enfin devant vous évoquer un dernier sujet qui mobilise beaucoup de vos associations : c’est celui du vieillissement.

Nous devrons permettre à chaque personne âgée qui le souhaite de rester à son domicile, là où sont ses souvenirs, son espace, son quartier, ses amis, sa famille. Pour cela, les associations jouent un rôle considérable d’accompagnement, de suivi, d’aide- ménagère. Mais nous savons aussi que nos logements doivent être adaptés au vieillissement, au très grand vieillissement.

Pour toutes ces politiques que je viens d’évoquer, qu’elles concernent la lutte contre la pauvreté, le handicap, le vieillissement et l’enfance, rien ne sera possible sans l’intervention des associations et donc sans votre participation.

C’est pourquoi je souhaite, et c’est le sens de ma présence ici, qu’une relation nouvelle puisse se nouer entre l’Etat et le secteur associatif, une relation fondée sur la confiance et la reconnaissance mais aussi sur la clarté dans les rôles de chacun.

De l’Etat, vous attendez légitimement le soutien, soutien financier. Mais ce que vous attendez de l’Etat, comme d’ailleurs des collectivités locales, c’est un engagement, non pas sur une année en fonction de l’urgence ou des circonstances, mais sur plusieurs années. Cette relation contractuelle dans la durée sera la marque du gouvernement que j’ai choisi pour les français.

De la même manière je sais que l’Europe est toujours regardante par rapport à ce qui doit être considéré comme des services d’intérêt général, des services sociaux d’intérêt général. Je vous assure ici que la France sera très soucieuse de préserver ce secteur, parce que c’est un secteur essentiel pour l’Europe, pour son modèle social. On ne peut pas tout mettre en concurrence, il doit y avoir une spécificité de l’économie sociale et solidaire.

Voilà, Monsieur le Président, mesdames, messieurs, ce que j’étais venu vous dire ici à Lille, à votre congrès. Vous dire d’abord que pour réussir, la France doit fédérer toutes ses forces, vous nous donnez un bon modèle. Vous êtes ici des associations très différentes, intervenant dans des secteurs qui parfois se regardent sans toujours se comprendre. Grâce à votre organisation vous permettez une cohésion entre vous.

Mais mon devoir, ma tâche, ma mission, ma responsabilité c’est de faire que de cette France, parfois fragmentée, puisse sortir une cohésion, une solidarité, une compréhension, une capacité à vivre ensemble.

Vous montrez aussi qu’il n’y a pas de fatalité et que nous pouvons lui opposer à chaque instant la volonté et la solidarité.

Merci de porter ces valeurs, elles sont celles de la France rassemblée, elles sont celles de la France qui va réussir.  Merci. »

Fassent que les vœux du Président de la République puissent se réaliser… au CCSC, à ALERTE nous y serons spécialement attentifs afin que le chômage et la précarité reculent effectivement.

José DHERS , CCSC

Un commentaire pour Le monde associatif

  1. DHERS dit :

    Suite aux rencontres des Semaines Sociales de France et à l’ATELIER commun SNC / CCSC sur l’accompagnement des chercheurs d’emploi comme le dit SNC ou « offreur de service » comme je l’ai proposé en débat… voici un document d’info sur SNC : http://www.dailymotion.com/video/xtvr83_solidarites-nouvelles-face-au-chomage-en-images_news
    Diffusez… faites en bon usage…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s